Évaluation des effets du jumelage des ITT sur le fonctionnement et la perception du territoire

Responsable scientifique

Michel Deshaies
Université de Lorraine
Michel.Deshaies[@]univ-lorraine.fr

Télécharger le rapport final

Consulter les présentations du projet lors des Journées ITTECOP

Mots-clé

Jumelage d'ITT, fragmentation écologique et perception du territoire

Résumé

Le présent projet de recherche concerne les effets du ≪ jumelage ≫ des infrastructures de transport terrestre (ITT) sur le fonctionnement et la perception du territoire. L’impact écologique, les effets sur l’évolution, la perception des paysages et l’occupation des sols, ainsi que les questions de gouvernance et d’acceptabilité sociale sur les espaces proches ont été plus particulièrement étudies sur trois terrains représentatifs des grands types de jumelage observent en France.
Du point de vue de la biodiversité, le ≪ jumelage ≫ peut présenter un intérêt pour cette dernière sur deux des terrains considérés. En créant des espaces interstitiels, le ≪ jumelage ≫ peut, dans des régions d’habitats ordinaires, contribuer a la reconstitution de milieux favorables a la biodiversité dans la mesure ou les espèces rencontrées au sein de ces milieux (flore, papillon, reptile) ne sont pas significativement différentes de celles présentes a proximité. En termes de continuités écologiques, le ≪ jumelage ≫ limite l’augmentation du degré de fragmentation induit par la réalisation de la deuxième infrastructure. Il favorise également une connectivité partielle pour certaines espèces des milieux ouverts en faisant fonction de corridor longitudinal. Par contre, si les ouvrages de transparence écologique permettent de restaurer ponctuellement la connectivité au droit de l’une ou l’autre des infrastructures jumelées, celles-ci constituent un filtre physique à la dissémination de certaines espèces en raison de l’absence de cohérence des aménagements.

L’analyse du paysage et de l’occupation des sols sur les sites étudies montre que l’implantation d’une deuxième infrastructure en jumelage entraîne moins de changements de la structure paysagère que ceux survenus lors de la construction de la première, car les réaménagements fonciers sont plus limites. L’insertion paysagère des infrastructures jumelées est différente en fonction des contraintes techniques plus ou moins importantes (relief, rayons de courbures) auxquelles doit s’adapter leur trace; d’où des variations de distance entre les infrastructures déterminant alors des situations contrastées pour l’usage des espaces interstitiels. Ces effets directs notables, avec la création de nouveaux paysages le long du trace des infrastructures dans les cas de développement d’habitats semi-naturels (friches, haies, bosquets), contrastent avec la faible influence constatée des infrastructures sur les évolutions socio-demographiques des territoires étudies.

Du point de vue sociétal, on constate, en premier lieu, l’absence de représentation spontanée et spécifique du ≪ jumelage ≫ auprès des différents acteurs du territoire. Cette notion ne fait pas sens ou n’est pas associée aux deux infrastructures étudiées et le principe même du "jumelage" n’est que rarement saisi. Il n’a pas été identifié un ancrage territorial ou une relation spécifique du jumelage aux territoires traverses. De même, les mobilisations ne dépendent pas tant des caractéristiques spécifiques ou du principe même du "jumelage" d’infrastructures que du contexte (social, économique, historique et politique) du territoire concerne ou plus exactement de la représentation qu’ont ces acteurs du territoire. Nous avons également observé une variation de la perception et du ressenti des nuisances des riverains selon les interlocuteurs (temporalités d’installation notamment) et les échelles d’analyse (nature et le rôle de la desserte plus ou moins fine du territoire). Mais il semble se dégager une relative acceptation du ≪ jumelage ≫ chez les riverains sur le moyen et long terme. Enfin, l’absence de synergie entre les deux infrastructures de transport en termes de gestion de projet est flagrante et s’accroît avec le décalage temporel entre les projets.

À travers une approche transversale, la comparaison des éléments issus des différentes analyses thématiques avantages / inconvénients met en exergue la complexité de la mise en œuvre du jumelage. Chacun des thèmes a établi des constats spécifiques, mais certaines problématiques sont toutefois partagées : le besoin de coordination des aménagements entre maîtres d’ouvrage, la gestion adaptée des espaces interstitiels, la question de la fragmentation de l’espace, nécessité d’adaptation du jumelage a chaque territoire traverse, relativité des avantages / inconvénients du jumelage en fonction des échelles de réflexion et de la posture des acteurs concernés. La synthèse des éléments transversaux présentés illustre à quel point la question du ≪ jumelage ≫ et de ses effets et de ses perceptions est multiple et complexe. Elle dépasse la simple approche techniciste d’aménageur d’infrastructures. L’analyse des impacts seule ne peut permettre une prise de décision quant a sa réalisation, tant les relations d’échelle, les relations entre maîtres d’ouvrage et décideurs et les relations avec les habitants du territoire conditionnent sa mise en œuvre et le bénéficie potentiel qu’un jumelage peut apporter aux territoires.